Utilisation d’un défibrillateur cardiaque au travail

(Mis à jour le: 26 février 2019)
Utilisation d’un défibrillateur cardiaque au travail
5 (100%) 1 vote

L’installation et le recours à un défibrillateur cardiaque au travail peuvent sauver des vies. Retour sur l’utilisation du défibrillateur, les obligations de l’employeur et la chaine de survie de Cummins.

_DEFI

 

 

L’importance du défibrillateur cardiaque

110 personnes par jour en moyenne sont victimes d’un arrêt cardiaque en dehors des murs d’un hôpital. Dans ce cas, les chances de survie ne sont que de 3 à 4%. La victime perd 10% de chance de survie à chaque minute passée sans secours. L’utilisation d’un défibrillateur cardiaque peut aider la victime à maintenir ses chances de survie à hauteur de 20 à 30% en attendant les secours. Le recours systématique à cet objet de secours pourrait permettre de sauver de 5000 à 10 000 vies chaque année.

Les obligations de l’employeur

Selon le Code du Travail, un employeur doit mettre à disposition de ses employés le matériel de soin d’urgence adapté aux risques encourus dans l’entreprise. L’emplacement du matériel doit être indiqué par une signalisation par panneaux.
Toujours selon le Code du Travail, au moins un membre du personnel doit être entrainé aux premiers secours dans chaque atelier où sont accomplis des travaux dangereux ainsi que dans chaque chantier employant plus de 20 travailleurs. Pourtant ces employés ne peuvent remplacer les infirmières. Dans le domaine de l’industrie, une infirmière est requise pour 200 à 800 salariés. Dans le commerce, on requiert une infirmière pour 500 à 1000 employés.
Malgré ces précautions d’usage en matière de santé et de sécurité au travail, il n’existe pas d’obligation d’installation d’un défibrillateur cardiaque en entreprise. Le médecin du travail peut prendre la décision d’installer un tel appareil. Il devra alors veiller à former le personnel à l’usage de l’appareil.

La chaine de survie

Un arrêt cardiaque peut résulter en un moment de panique qu’il faut savoir gérer. L’utilisation du défibrillateur peut être optimisée si elle est incluse dans le processus appelé « chaîne de survie de Cummins », qui doit bien sûr avoir été apprise et pratiquée par le personnel. La chaîne de survie se divise en 4 maillons, soit 4 personnes différentes assignées à des tâches distinctes et simultanées.
– Le premier maillon donne l’alerte immédiatement après le constat de l’arrêt cardiaque.
– le deuxième commence à pratique les gestes de base de la réanimation : bouche à bouche et massage cardiaque.
– le troisième met en place le défibrillateur et l’utilise. Il doit avoir été formé à cela au préalable.
– le quatrième et dernier maillon est en fait l’arrivée des secours.