Secteur du BTP : risque de burn-out en série

secteur BTP risque de burn out en serie
(Last Updated On: 12 décembre 2014)

Les résultats du baromètre Artisanté viennent d’être publiés récemment, faisant état d’importants risques de burn-out chez les artisans du BTP. Ce bilan a été présenté par la Confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment (Capeb), le pôle innovation Santé sécurité de l’artisanat du BTP (Iris-ST) et la Chambre nationale de l’artisanat, des travaux publics et du paysage (Cnatp).


Près de 3120 entrepreneurs du BTP ont fait l’objet de cette enquête et les résultats ont été présentés au cours d’une conférence le 23 septembre dernier à Paris. Il s’agit d’une étude inédite menée conjointement par la Capeb, l’Iris-St et la Cnatp. L’enquête a porté sur deux évaluations de risques : les risques physiques et les risques psychosociaux.
Les chefs d’entreprises également exposés aux risques
Au regard des risques physiques, plus de 9 patrons sur 10 affirment porter attention à la sécurité de leurs employés et ont pris les mesures adéquates. Ceci étant, les chefs d’entreprises eux-mêmes ne sont pas à l’abri des risques, raison sans doute pour laquelle plus de 60 % d’entre eux font aussi attention à leur sécurité. Plus d’un tiers avoue s’adonner aux tâches pour lesquelles le danger est important. Cela sous-entend que bon nombre d’entrepreneurs ne prennent pas assez en considération la prise de risques.

Plusieurs facteurs entrent en jeu

Au regard des risques psychosociaux, l’enquête a permis d’établir que plus de la moitié des artisans sont sujets au stress. Cette perception se rapproche beaucoup de celle des dirigeants des petites et moyennes entreprises. Plusieurs facteurs sont en rapport avec le stress : la trésorerie, l’activité variée, la peur de l’avenir, la lourdeur du volet administratif… Au-delà de ces divers facteurs, il y a aussi la conjoncture actuelle principalement caractérisée par la crise économique. Celle-ci se répercute sur l’état de santé des artisans, surtout leur sommeil. En effet, presque un artisan sur deux avoue avoir du mal à trouver le sommeil, ce qui provoque une fatigue en journée.
D’autre part, il y a le rythme de travail (plus de 50 heures de travail dans la semaine), auquel s’ajoute l’obligation des respecter les délais qui représente une pression non négligeable. Pour presque 90 % des artisans, la vie professionnelle empiète sur la vie personnelle. Enfin, il y a l’obligation de faire preuve de performances physiques et morales au quotidien. La crise économique intervient en augmentant ce stress, le sentiment d’insécurité est accru, de même que la concurrence qui devient de plus en plus rude dans le monde du travail.
En conclusion de l’enquête, le risque de burn-out est plus qu’élevé dans le domaine du BTP. Pour 80 % des artisans, même si ceux-ci sont en bonne santé, la fragilité du point de vue psychique est omniprésente. Alors que 59 % des artisans se disent fatigués, 45 % d’entre eux avouent mal dormir la nuit. Cette situation alarmante suscite la réaction de Françoise Despret, Présidente de la Cnatp et Patrick Liébus, Président de la Capeb. Ces derniers ont tenu à ce que les informations concernant le burn-out soient consultables à travers une appli sur smartphone.

 

No votes yet.
Please wait...