Responsable HSE : Polyvalence exigée

(Mis à jour le: 23 février 2015)

La délicate responsabilité qu’il génère en matière de maintenance de vie lui confère l’exigence d’une connaissance polyvalente, des compétences variées et un comportement relationnel muni d’un esprit de dialogue Le responsable HSE (Hygiène, sécurité, environnement) est chargé d’animer la politique santé-sécurité et environnement de l’entreprise, mais doit parfois s’occuper d’autres tâches selon l’intitulé de son poste à savoir QSE (Qualité, sécurité, environnement) ou QSSE (Qualité, santé, sécurité et environnement), voire QVT (Qualité de vie au travail) ! Petite revue des différents aspects de sa mission.

De par son rôle d’animateur, il conseille et assiste en permanence la direction de l’entreprise en matière d’évaluation des risques et de définition de la politique de sécurité, d’hygiène et de respect de l’environnement. En conséquence, il veille à réduire au minimum l’impact de l’activité industrielle sur l’environnement et ses nuisances.

Qualités exigées: sens d’observation et volonté d’écoute

Précédant toute prise de décision et d’initiative, le responsable HSE doit savoir observer minutieusement les habitudes et contraintes nocives à la santé et à l’environnement des employés. Il doit être un homme de dialogue avec une volonté d’écoute et une capacité motivante et managériale de haut niveau, évitant d’imposer des pratiques ou des méthodes pas encore bien ancrées. La possession d’une capacité d’analyse et de synthèse doublée d’une force de proposition serait un atout non négligeable pour éviter les effets néfastes des audits détaillés.

Compétences souhaitées: connaissances polyvalentes

Comme panel de connaissances, une bonne maîtrise de la réglementation en matière de sécurité et de l’environnement est exigée, appuyée d’une très bonne connaissance de l’activité de l’entreprise, de ses process et des technologies associées.

Des actions concertées et bien coordonnées

La réussite de la mission assignée au Responsable HSE dépend essentiellement de la façon dont il la conduit. Il doit pour cela :

  • bien assurer une cohérence et une synergie entre les démarches sécurité, santé et environnement (SSE) de l’entreprise;
  • résoudre de façon concertée tout problème généré par les postures, les gestes et les machines ;
  • assurer de façon transversale le relais prévention en interne, entre la direction centrale et les établissements et en externe, entre les responsables HSE des différentes entreprises ;
  • mettre à jour les activités de veille et de suivi en matière d’actualité réglementaire;
  • déceler de nouveaux risques à l’aide d’indicateurs et les anticiper tout en maîtrisant l’analyse statistique de ces indicateurs et les techniques de contrôle définies dans l’entreprise.

Des formations élargies à tous les acteurs de l’entreprise

Il est primordial de faire participer pleinement tous les acteurs de l’entreprise sans exception à tout process d’activité HSE. Le responsable est donc tenu de sensibiliser et de former les salariés à la démarche HSE et à la prévention des risques, d’établir des programmes de prévention pour réduire incidents, accidents du travail et maladies professionnelles, d’instaurer la culture de sécurité, de santé et d’environnement à tous les échelons. Une formation dès l’embauche est souhaitable incluant les bons gestes à avoir, les consignes sécuritaires à maîtriser et la prévention environnementale à modéliser.

Travailler dans un environnement managérial

Une démarche managériale et organisationnelle dans la conduite de la HSE s’avère concluante pour la fiabilisation des décisions, en incluant le management opérationnel dans les conditions d’exploitation futures. Une participation active de l’équipe dirigeante et managériale est plus que souhaitée pour atteindre l’ambition « zéro accident zéro nuisance » choisie comme priorité numéro un.

Quelques acteurs prioritaires HSE au sein de l’entreprise

Au sein d’une entreprise, bien que la fonction leader soit attribuée au responsable HSE, les acteurs de la politique HSE sont nombreux et présents à tous les niveaux hiérarchiques. Ces acteurs fonctionnent en interne mais également en externe sous l’égide des sociétés spécialistes dans l’audit Hygiène et Sécurité. On peut regrouper ces différents acteurs en plusieurs catégories :

Dirigeants, service des ressources humaines

La sécurité au travail et la santé des salariés constituent la responsabilité première du chef d’entreprise. Il est le garant de la mise en place de la politique HSE et s’entoure des spécialistes nécessaires. Toutes les fonctions essentielles de l’entreprise doivent être impliquées dès les ressources humaines lors du recrutement, la gestion des compétences et de l’emploi. Il a pour rôle de s’assurer qu’il y a un nombre suffisant d’employés compétents dans le domaine de la sécurité. Les acteurs de l’ingénierie sont responsables des équipements techniques et des moyens organisationnels.

Salariés des entreprises

Tout salarié est concerné et doit prendre une part active à sa propre sécurité mais aussi à celle de ses collègues. Il a le devoir de respecter chaque consigne de sécurité établi dans la charte ou le règlement interne, qu’il a signé lors de son embauche. Il a également le devoir de s’informer sur les nouvelles procédures et les mises à jour des documents de sécurité.

Un besoin de formation permanent en HSE

Il a été constaté que chaque responsable HSE a son propre niveau de formation, son propre degré de compétence et son propre comportement. Cependant la fonction exige une homogénéité et une action commune dans les décisions à prendre et dans la prévention des risques en matière HSE. Il est donc essentiel d’uniformiser certaines connaissances, d’inculquer une même notion de culture sécuritaire et d’adopter une même ligne de conduite dans la gestion de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement.

Une formation permanente mais évolutive est à mettre en place régulièrement au sein de l’entreprise, tant pour le responsable que pour les différents acteurs. Le responsable doit toujours s’imprégner des nouveautés et des évolutions futures en matière de HSE et aussi dans d’autres domaines intéressant la fonction, comme le management des ressources humaines, la communication, les nouvelles technologies de l’information et de communication (NTIC), l’ingénierie… d’où l’exigence de la notion de polyvalence. La formation des autres acteurs étant laissée à l’initiative du responsable.