Les VRP soumis aux risques psychosociaux ?

Commerciaux les VRP soumis aux risques psychosociaux
(Mis à jour le: 21 février 2019)
Evaluer cet article

Les VRP ou Voyageurs, Représentants et Placiers ne sont autres que ce que nous appelons communément représentants de commerce. Ces vendeurs de terrain ont une grande autonomie et pourtant, leur indépendance leur joue parfois de mauvais tours et les expose de plus en plus aux RPS (risques psychosociaux).

Le VRP

Le VRP a pour rôle de démarcher des clients, particuliers ou entreprises, pour le compte de son ou ses employeurs. Il est donc un commercial de terrain qui gère son emploi de temps comme il le souhaite. Bon nombre de travailleurs lui envient son indépendance, mais attention, cette trop grande autonomie peut être un vrai cadeau empoisonné.

 

En quoi l’indépendance du VRP peut-elle lui nuire ?

Le VRP est souvent payé à la commission ce qui le pousse à travailler beaucoup plus pour essayer de trouver de nouveaux clients. Résultat : son temps de travail empiète parfois sur son temps de repos et sur sa vie privée. Il utilise chaque temps libre pour démarcher des clients et essayer de gagner plus d’argent ce qui fait qu’au final, il se retrouve dans une situation de surengagement.

Sur le long terme, cette situation va faire pression, indirectement, sur le VRP ce qui va l’exposer aux RPS. Selon Marjolaine Paris, docteur en sociologie et consultante pour Technologia, un cabinet d’expertise en santé au travail, ces salariés doivent donc être surveillés de près.

 

Des impacts physiques et psychologiques

Le surengagement des VRP a des impacts physiques et psychologiques non négligeables. On cite par exemple l’épuisement, les problèmes de santé, la déprime, les problèmes familiaux, la fermeture sur soi …

Pour les prévenir, Marjolaine Paris recommande le management de proximité. Il s’agit-là d’une stratégie qui optimise la politique de prévention des risques sur les populations commerciales au sein d’une entreprise.