Les apprentis vont bientôt pouvoir travailler normalement

Les apprentis vont bientot pouvoir travailler normalement
(Last Updated On: 25 novembre 2018)

Jusque là, les apprentis, travaillant en hauteur ou manipulant des produits chimiques, n’avaient pas beaucoup de liberté dans la réalisation de leurs tâches. Mais leur situation va bientôt changer par l’intervention de deux décrets dont l’application permettrait de réduire les contraintes freinant les embauches.

Pour un apprenti, monter sur un échafaudage ou manipuler un produit chimique n’est pas autorisé. Dans cette situation, il lui est parfois difficile d’acquérir de véritables expériences de terrain, que ce soit au sein d’une entreprise ou sur un chantier. D’après le Figaro, les deux décrets qui permettront de favoriser le processus d’apprentissage des jeunes sont en cours de préparation. Cela fait suite au recul de l’apprentissage, constaté depuis 2013.

Manipulation de machines ou de produits chimiques interdite

Pour les jeunes, le premier obstacle dans le travail en hauteur est l’impossibilité de monter sur les échelles, dès lors qu’il n’y a pas de dispositifs de protection collective (chariots avec harnais, équipements lourds…). Par ailleurs, les apprentis n’ont pas le droit d’utiliser des produits chimiques ou des machines dangereuses, sans que les entreprises ne soient obligées de soumettre une demande d’autorisation auprès de l’inspection du travail. Mais à partir du 1er mai 2015, la procédure sera plus assouplie : une simple déclaration à l’inspection du travail suffira pour permettre à un apprenti de manipuler une machine, à condition de préciser le type de machine et son numéro de série.

machine dangereuse

Remédier aux situations de blocage

Au mois de septembre 2014, dans le cadre d’une mobilisation en vue de relancer l’apprentissage qui a fortement reculé depuis 2013, le pouvoir exécutif avait déjà annoncé qu’une réforme serait apportée concernant les restrictions qui s’imposent aux apprentis dans le cadre des travaux en hauteur. Les décrets devant entrer en vigueur visent deux situations de blocage. La première touche l’interdiction pour les mineurs de monter sur les échelles, marchepieds et escabeaux, tant qu’aucune mesure de protection collective n’est mise en place. En effet, à cause de cette disposition, les apprentis agriculteurs, par exemple, ne peuvent pas monter sur l’échelle pour cueillir des fruits. Grâce au nouveau décret, les mineurs vont pouvoir grimper sur les escaliers ou escabeaux et acquérir de véritables compétences de terrain, sans avoir à se soumettre à l’existence de mesures de protection collective. En revanche, les équipements de protection individuelle sont, bien entendu, obligatoires.

La deuxième concerne l’impossibilité pour les apprentis de toucher aux machines représentant un danger potentiel, ou encore de manipuler les produits chimiques. Or, les apprentis ont besoin de formation pratique qui implique l’utilisation de machines potentiellement dangereuses, comme dans le domaine de la menuiserie ou de l’industrie. Pour permettre aux apprentis de toucher à ces machines spécifiques, les entreprises étaient jusqu’ici obligées de demander une autorisation auprès de l’inspection du travail, ce qui constituait souvent une contrainte énorme. La simplification de la procédure par la mise en place de la simple déclaration devrait permettre d’ôter le frein à la formation pratique des mineurs.

A travers l’application des deux décrets, on espère booster à nouveau l’embauche des apprentis.

No votes yet.
Please wait...