L’accidentologie : des manieres de prevenir les risques en les analysant

Travail en hauteur, garde-corps
(Mis à jour le: 19 mars 2019)

Sur un lieu de travail, tous les risques, qu’ils soient d’ordres pathologiques, corporels ou psychosociaux, se doivent d’être pris en compte et surtout analysés de manière à pouvoir être évités par la suite. Il existe différentes méthodologies pour analyser les risques et leur causes; cette discipline s’intitule : l’accidentologie.

Réagir rapidement et tracer les accidents

Les accidents au travail se doivent d’être suivis, analysés et répertoriés de manière à accroitre la prévention de manière continue. Il s’agit d’être rigoureux dans le recensement des accidents,  de leurs causes et de savoir réagir vite à la suite d’un tel événement. Chaque accident survenu malgré des précautions prises doit servir de leçon pour qu’il ne se reproduise pas. Lorsqu’un accident se produit, il faut intervenir très vite. L’accidenté mais aussi les témoins et toutes personnes présentes sur les lieux doivent être interrogés pour que se dégagent les causes réelles de l’accident. Pour prévenir les risques au mieux, le dialogue et l’échange sont des étapes primordiales pour analyser les causes de l’accident et ainsi éviter qu’il ne se reproduise.

 

L’arbre de causes et le tableau de recensement des accidents

Si l’analyse des risques est importante, celle-ci doit également être tracée. Pour cela, voici deux méthodes d’accidentologie qui vous permettront une vision claire et précise des accidents de travail survenus dans votre entreprise.
Commencez tout d’abord à dresser un tableau de recensement des accidents à usage interne, bien sûr. Celui ci doit comprendre les informations relatives à l’accident : la date, les personnes concernées, le lieu, les circonstances, les blessures et les jours d’arrêt. Il vous faudra dresser un tableau récapitulatif mettant en lumière différents indicateurs cruciaux :
le taux de fréquence (TF) : nombre d’accidents avec arrêt de travail supérieur à 1 jour au cours de l’année pour un million d’heures travaillées.
le taux de gravité (TG) : nombre de journées indemnisées pour 1000 heures travaillées.
l’indice de fréquence (IF) : nombre d’accidents avec arrêt pour 1000 salariés.
Vous pourrez ainsi comparer ces données à la moyenne nationale.
Nous vous invitons également à dresser un arbre des causes lorsque survient un accident. Il résumera l’enchainement logique des circonstances qui ont mené à celui-ci. Pour se faire, prenez le problème à l’inverse et partez de l’accident. Sur une feuille, tracez de la droite vers la gauche les différents évènements qui ont mené à l’accident en commençant par celui-ci. Posez vous trois questions : Qu’a-t-il fallu pour que cela se produise ? Le fait précédent a t il causé l’apparition du fait suivant ? Le fait précédent était il suffisant pour que le suivant survienne ?
Une fois votre arbre de causes établi, vous pourrez engager le dialogue afin d’établir des mesures qui permettront d’éviter plus tard ce même type d’accident.