Journée Mondiale sur la sécurité et la santé au travail

dirigeant et sécurité
(Last Updated On: 24 avril 2015)
Journée Mondiale sur la sécurité et la santé au travail
Evaluer cet article

Dans le monde entier, la Journée mondiale sur la sécurité et la santé au travail est célébrée conjointement avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT) par les entrepreneurs, les pouvoirs publics, le ministère de la santé et de la sécurité. C’est une journée lancée dans le but de promouvoir le sens de la sécurité au travail. Instaurée depuis 1996 et ayant lieu chaque année le 28 avril, c’est aussi l’occasion de rendre hommage aux travailleurs victimes d’accidents ou de maladies professionnels. Les maladies professionnelles et accidents au travail ne cessent de croître. Face à cette situation et devant le nombre de décès liés au travail, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Bureau international du Travail (BIT) ont donc consacré une journée à la sécurité et à la santé au travail pour instaurer dans les esprits la culture de la sécurité et des mesures préventives.

Quelques chiffres

Les dernières estimations du BIT font état de deux millions de personnes victimes d’accidents et de maladies professionnelles entraînant la mort. En raison de l’essor dans l’industrialisation, les risques professionnels ne font qu’augmenter pour représenter aujourd’hui le plus grave danger auquel un travailleur s’expose sur son lieu de travail. Chaque année, ce sont quelques 1.7 million de personnes qui sont affectées par les maladies professionnelles, responsables de 20% des décès, tandis que les accidents de travail causent un décès.

Risques professionnels : les travailleurs attendent la contrainte pour se former

Au regard de ces estimations, le taux de décès liés au cadre professionnel ne fait que croître et près de 268 millions de gens sont victimes d’accidents de travail non mortels. Ces derniers peuvent entrainer un arrêt de travail. Chaque année, on recense près de 160 millions de nouvelles maladies professionnelles.

 

Sécurité et santé au travail

Lorsqu’il s’agit de santé au travail, l’OMS insiste sur la nécessité de renforcer la surveillance et d’évaluer le poids de la santé au travail. Chaque pays doit établir une base de données en vue de soutenir au mieux les politiques de santé au travail et les actions à mener. Elle juge également nécessaire de développer les compétences par le biais d’un réseau de Centres de collaboration de l’OMS en matière de Santé au Travail au sein duquel des échanges d’informations sont effectuées sur les divers acteurs de risques. Enfin, l’OMS définit pour chaque pays un seuil minimum de services à fournir pour ce qui est de la prévention et de la santé au travail.

En savoir plus sur http://www.who.int/

De son côté, l’OIT a communiqué les dernières données relatives au secteur du bâtiment : on recense chaque année plus de 60 000 accidents du travail finissant par un décès ce qui équivaut à un décès par dizaine de minutes. Dans ce secteur, les accidents représentent un taux de 17%. De plus, il y a les risques sur la santé auxquels les travailleurs s’exposent : poussières d’amiante, silice, produits chimiques, substances dangereuses… Le rapport soutient les conventions, directives et recommandations de l’OIT en matière de planification et de coordination d’activités permettant de solutionner les problèmes de santé et de sécurité constatés au niveau des chantiers de bâtiment. Ces activités sont davantage orientées vers la lutte contre les affections et les maladies professionnelles.

Retrouvez des gants de protection chimique sur Abisco.

Pour cette nouvelle édition 2015, une centaine de pays vont participer à cette célébration de la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail. Diverses activités et manifestations seront organisées dans plusieurs localités. L’OMS et BIT travailleront conjointement et vont unir leurs forces pour consolider et promouvoir leur coopération avec les deux ministères concernés (ministères du Travail et ministères de la Santé). Ces organismes collaborent aussi avec les milieux professionnels, les organisations d’employeurs et de travailleurs ainsi que les acteurs dans le domaine social.