Former les conducteurs à adopter une autodiscipline pour réduire les accidents au travail

réduire les accidents au travail
(Last Updated On: 6 août 2014)
Former les conducteurs à adopter une autodiscipline pour réduire les accidents au travail
Evaluer cet article

Depuis toujours, on exige des conducteurs qu’ils aient obtenu un Bac Pro de conducteur routier, de suivre une formation initiale minimale obligatoire (FIMO) ainsi qu’une formation continue obligatoire (FCO), mais même avec tous ces bagages et plusieurs années d’expérience, les accidents au travail ne diminuent pas.

Les organismes de formation, les assureurs et constructeurs automobiles et les responsables du transport ne cessent donc de mettre en oeuvre de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité et des hommes et des marchandises et dernièrement, ils ont réussi à s’entendre sur deux idées : l’anticipation des accidents et l’implication du conducteur lui-même dans la sécurité.

L’implication du conducteur

On parle dans ce volet d’autodiscipline chez le conducteur menant alors à une autoformation. En effet, les responsables de l’AFT-Iftim dont Joël Radouan affirment que lorsque le conducteur devient acteur de sa sécurité et prend conscience des risques auxquels il est exposé, il arrive à trouver des solutions par lui-même.

Les responsables de GT Location sont arrivés à la même conclusion et d’ailleurs, les salariés de la boîte ont réclamé des formateurs terrain pour optimiser leur sécurité au travail.

Du côté de Tred’Union, un challenge a été mis en place récompensant le meilleur conducteur du groupement. Les chauffeurs, ravis par l’initiative ont décuplé de motivation et sont plus attentifs à leur sécurité.

 réduire les accidents au travail

Manque d’attention des conducteurs : source principale des accidents de la route

Il a pu être démontré que le manque d’attention des conducteurs est une des principales sources d’accidents de la route. Les professionnels le nomment « hypovigilance » et selon eux, ce n’est pas tant le conducteur qui est totalement irresponsable, mais le grand nombre de technologies à bord du véhicule finit par détourner leur attention de la route. En effet, avec tous les messages qui apparaissent sur le tableau de bord, les différentes aides électroniques à la conduite telles le radar de distance ou le régulateur de vitesse, le conducteur ne sait plus où donner de la tête ce qui réduit forcément son attention et augmente le stress en conduisant. Il n’est donc pas surprenant si les accidents se multiplient, même si les nouvelles technologies sont justement là pour les réduire.

Aussi, il faut savoir qu’avec tous les nouveaux gadgets électroniques mis à la disposition des conducteurs, ces derniers ont tendance à s’y fier entièrement au risque de manquer d’attention.

Pour pallier à ce problème, le constructeur automobile Volvo Trucks fabrique ses nouveaux appareils en fonction des accidents survenus sur la route. Il a par exemple inventé le « détecteur de ligne blanche au sol » qui sonne l’alerte lorsque le camion dépasse franchit une ligne blanche accidentellement ou la « conduite saccadée » lorsque le conducteur s’assoupit au volant. Volvo Trucks a fabriqué ces technologies suite à un accident de poids lourd dramatique en Suède.

Le stress : source d’accidents

Que ce soit au volant ou à l’arrêt, le stress est un phénomène ravageur qui pousse l’homme à faire n’importe quoi. Ainsi, pour éviter et trouver des solutions anti-stress aux conducteurs, Driver Development a mené une étude sur le phénomène et a pu déduire que le stress nuit à la qualité de la conduite. Pour que la qualité perdure dans leur domaine, les Transports Gazeau ont décidé de former leurs conducteurs à une gestion de stress. Pour cela, la société s’appuie sur une vidéo développée par Volvo Trucks se rapportant à la gestion du stress des conducteurs.

L’AFT-Iftim a également mis en place une formation antistress, mais destinée aux dirigeants des entreprises de transport afin que ces derniers puissent mieux encadrer et former leurs salariés.

Les mesures de sécurité adoptées

 

– Chez GT Location

GT Location est une entreprise de transport située à Bassens. Ses activités concernent surtout la location de véhicules avec chauffeur et pour garantir un service plus sécurisé et plus sain, elle a pris de nombreuses mesures de prévention des risques.

D’abord, l’entreprise a engagé un responsable de la prévention des accidents de la route, un responsable Hygiène et Sécurité en Entreprise (HSE) et neuf formateurs pour encadrer ses conducteurs.

Ensuite, elle a mis en place une plateforme téléphonique avec au bout du fil : une psychologue. Cette plateforme est mise à la disposition de tous ses salariés et tous les conducteurs qui viennent de vivre un accident doivent l’appeler pour essayer de comprendre ce qui s’est passé. Cette thérapie en ligne évite les récidives et rend sa confiance au conducteur qui sera alors plus attentif par la suite.

Enfin, GT Location se charge aussi de former ses conducteurs à la gestion du stress pour assurer un service professionnel et sécurisant.

Grâce à toutes les mesures prises jusqu’ici, GT Location a vu réduire le nombre des accidents de ses véhicules et chauffeurs. Son seul souci reste de trouver les meilleures préventions contre les accidents à l’arrêt, car bizarrement, les accidents à l’arrêt sont plus nombreux (90 %) que les accidents au volant (10 %).

– Chez Transports Bruno Robert :

Cette entreprise de transport basé à Contres a mis en place une politique sociale de prévention contre la pression de l’exploitation. De nombreuses mesures ont alors été appliquées dans cette optique et parmi elles, on cite « Monsieur sécurité ». Cette mesure se définit par la présence d’un commandant de la gendarmerie à bord du camion pour garantir la sécurité sur la route d’où son nom de « Monsieur sécurité ». Malgré le côté un peu insolite du concept, sachez que l’entreprise applique cette mesure avec l’accord de l’assureur Axa. La société a aussi adhéré à La Vie Routière qui oblige alors tous ses conducteurs accidentés à contacter cet organisme pour éviter les récidives.

Grâce à ces deux mesures, l’Axa a consenti à une réduction de 50 000 euros sur la cotisation annuelle de l’entreprise de transport.

Selon Bruno Robert, cette nouvelle forme « d’éco conduite » ou « conduite rationnelle » est un grand avantage pour la société. Déjà, elle réduit le stress, renforce la vigilance, ne fatigue pas plus que la conduite classique et réduit grandement les risques d’accidents.

Les accidents à l’arrêt plus nombreux ?

Tel est bien le cas et ces accidents se traduisent le plus souvent par des chutes depuis un hayon élévateur, des accidents durant l’arrimage ou le débâchage, des chutes depuis la cabine, des accidents durant les ramassages nocturnes de marchandises ou de volailles, des accidents durant un chargement manuel, des fautes de manipulations des grues, … Face à cela, l’AFT-Iftim a mis en place diverses formations concernant les « gestes et postures » au travail, durant la manutention. Cet organisme de formation dédié au transport s’inquiète effectivement de voir le nombre d’accidents à l’arrêt augmenté et ce, malgré tous les efforts de prévention qu’il a déjà entrepris. Il ne cesse donc de chercher et c’est ce qui fait que la prévention des risques pour la santé et la sécurité des conducteurs est active en permanence.

Il faut noter que le volet de formation « Gestes et postures » sera peut-être remplacé par le Prap (prévention des risques liés aux activités physiques), également mis en place par l’AFT-Iftim dans un avenir proche, à condition que son expérimentation, aujourd’hui en cours, donne des résultats positifs.

Contrairement au volet « Gestes et postures » qui se tourne uniquement vers le conducteur, le Prap inclut le conducteur, le formateur et le dirigeant de l’entreprise pour qu’ensemble, ils mettent en place une démarche sécuritaire. Le Prap est aujourd’hui en cours de test, donc on aura les résultats pour la fin de l’année 2014. Soulignons que l’AFT-Iftim n’est pas seul à mener cette démarche, mais il est soutenu par l’Institut national de la recherche sur la sécurité (INRS) et la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat).