Focus sur les équipements de protection individuelle pour les yeux

lunettes de protection
(Last Updated On: 14 octobre 2014)

Comme on le dit souvent, les yeux sont les fenêtres de l’âme et aussi deux de nos organes les plus vitaux. Il est donc important de les protéger surtout que cette partie du visage est assez fragile. Une seule petite lésion peut affecter à jamais notre vision et c’est pour cela que les équipements de protection individuelle (EPI) pour les yeux ont été inventés.

Les EPI pour les yeux

On parle surtout de lunettes de protection qui s’avèrent indispensables sur les milieux de travail à risques et pendant la réalisation de certaines tâches comme le soudage, l’élagage, le meulage, le désossage, la démolition, la préparation de produits toxiques… Autrement dit, ces lunettes sont conseillées dans divers domaines d’activités pour mieux protéger la vue des salariés.

 

Les lunettes de protection individuelle doivent répondre à la norme EN 166. Quel que soit le modèle choisi, le marquage de la monture et des oculaires est obligatoire. Ce marquage se définit par une succession de lettres et de chiffres qui ont chacun leur signification.

Sur la monture doivent apparaître :

– Le sigle CE

– L’identification du fabricant

– La norme EN 166

– Le code du domaine d’utilisation (3 pour les projections de liquide ; 4 pour les grosses particules de poussière ; 5 pour les gaz et fines particules de poussière ; 8 pour les arcs électriques de court-circuit ; 9 pour le métal fondu et les solides chauds)

– Le code d’un autre niveau de protection supplémentaire s’il y en a (F pour la résistance aux chocs de particule à basse température : bille lancée à une vitesse de 45m/s ; B pour la résistance aux chocs de particule à moyenne énergie : bille lancée à une vitesse de 120 m/s ; A pour la résistance aux chocs de particule à haute énergie : bille lancée à une vitesse de 190 m/s ; S qui porte garant de la solidité renforcée : résistance à une bille de 43 g tombant de 1,30 mètre de hauteur).

Quelques produits qui respectent la norme EN 166 comme :

 

lunettes de protection

 

Sur les oculaires doivent apparaître :

– La lettre K pour la résistance à la détérioration des surfaces par des fines particules

– La lettre N contre la buée

– La lettre T contre les températures extrêmes

– La lettre H pour l’écartement pupillaire

En dehors de ces marquages, on peut aussi trouver la classe optique des lunettes généralement définie par la norme EN 166. On peut alors retrouver :

– La classe 1 pour un port permanent ou pour la réalisation d’un travail minutieux

– La classe 2 pour un port intermittent

– La classe 3 pour un port de courte durée

Les risques contre lesquels nos yeux doivent être protégés

Sur le lieu de travail, de nombreux risques peuvent porter atteinte à nos yeux à savoir :

– Le risque électrique entraîné par les rayonnements UV d’un arc électrique ou un d’un flash.

– Le risque mécanique causé par un nuage de poussières abrasives ou une projection de particules dans l’oeil.

– Le risque thermique souvent généré par une projection de liquides ou de solides chauds et pouvant donc entraîner une brûlure ou une lésion de l’oeil.

– Le risque chimique causé par la projection de vapeurs irritantes, de gaz, de liquides toxiques ou de poudres d’aérosols qui réagissent négativement avec les éléments de l’oeil.

– Le risque de rayonnements optiques causé par une surexposition de l’oeil à des sources lumineuses intenses

– Le risque biologique généré par une pénétration virale, bactérienne ou fongique infectante dans l’oeil. Ce dernier type de risque peut être contagieux.

Comment choisir ses lunettes de protection ?

Il existe sur le marché de nombreux modèles de lunettes de protection qui correspondent chacune à des risques spécifiques. Il convient donc de bien choisir sa paire de lunettes selon différents critères.

En fonction du risque

Le type de lunettes qu’il vous faut variera selon le risque auquel vos yeux sont exposés et du travail que vous réalisez. Quoi qu’il en soit, on retrouve trois grandes variétés de lunettes de protection à savoir :

– Les lunettes de sécurité à branches protégeant contre les projections frontales de solides.

– Les lunettes-masques dotées de coques latérales pour une protection optimisée contre les projections frontales et latérales de solides et de liquides.

– Les masques  et écrans faciaux qui protègent aussi bien de projections de liquides, de produits chimiques ou de solides.

En fonction de la morphologie du salarié

Une bonne lunette de protection est celle qui se marie parfaitement avec la morphologie de celui qui la porte. Elle ne doit être ni trop large ni trop étroite. Elle doit aussi répondre à un degré de confort certain et pour cela, il faut choisir des modèles dotés d’une échancrure nasale en plastique souple. Il faut aussi que les lunettes soient réglables (longueur et largeur) et orientables pour que le salarié puisse adopter diverses positions sans perdre les protections.

En fonction du milieu de travail

Les lunettes de protection varient en termes de couleur de verres selon le milieu de travail. Ainsi, les lunettes dotées de verres incolores sont généralement adaptées pour les travaux exécutés à l’intérieur. Par contre, si vous travaillez en extérieur, il vous faut des lunettes de soleil de sécurité. Enfin, les lunettes à verres jaunes représentent un bon compromis entre les deux modèles puisqu’elles conviennent aussi bien à une utilisation intérieure qu’extérieure. Ces modèles ont, en plus, la capacité de renforcer les contrastes et la luminosité.

En fonction de la vue des salariés

Si le salarié ne présente aucun problème de vue, il faut retenir les critères précédents pour lui choisir une paire de lunettes. Par contre, si le salarié souffre de presbytie, de myopie ou d’astigmatisme, il faudra lui proposer des lunettes correctrices de protection. Vous pouvez certes, lui faire porter des sur-lunettes, mais il a été démontré que ces accessoires de protection occasionnent souvent des gênes durant l’utilisation et entraînent des maux de tête. C’est d’ailleurs pour cela que les lunettes correctrices de protection ont été créées. Leur différence : elles sont dotées de verres correcteurs de sécurité validées par la norme EN 166. Pour qu’un salarié puisse en porter, il lui faudra passer chez l’ophtalmologue pour une consultation puis chez l’opticien pour avoir un modèle sur mesure. En général, les lunettes correctrices de protection coûtent dans les 200 euros contre seulement 7 euros pour les modèles simples.

En fonction du design souhaité

Autrefois, les lunettes de protection individuelle étaient de simples accessoires de protection où le design n’était pas toujours au rendez-vous. Aujourd’hui, les temps ont changé et les fabricants ont édité des modèles plus design afin que les travailleurs puissent les porter avec élégance. Autrement dit, les lunettes de protection tendent à copier les lunettes de soleil et de vue classiques. Il tient donc à chacun de trouver le modèle qu’il lui faut.

Découvrez d’autres équipements EPI comme :

No votes yet.
Please wait...