De meilleures méthodes de désamiantage s’imposent en France

(Mis à jour le: 19 mars 2019)
Evaluer cet article

Cela fait des années que la France se bat contre l’amiante, une substance cancérigène que l’on rencontre en grande quantité dans le secteur du bâtiment. De nombreuses mesures ont donc été prises pour l’éradiquer totalement, mais le rapport sénatorial du « Comité de Suivi Amiante » a annoncé récemment que les efforts menés sont insuffisants, voire défaillants.

La règlementation amiante pointée du doigt

Le Comité de Suivi Amiante a pointé du doigt quelques règles adoptées pour le désamiantage. Selon eux, ces règles sont trop complexes, instables et pas assez mises en oeuvre en ce qui concerne la santé publique. Il parle par exemple de l’absence de suivi des personnes exposées à cette substance.

Les nouvelles propositions du « comité de suivi amiante »

Pour éradiquer l’amiante d’ici à 2024, le Comité de Suivi Amiante propose donc de réduire le seuil d’amiante dans l’air de 5 fibres par litre à 0,47 fibre par litre. Il insiste aussi sur le besoin de mieux informer la population sur le phénomène et sur les déchets qui en contiennent. Une collecte et un stockage des déchets à coût abordable serait alors une meilleure mesure pour que tout le monde participe au désamiantage.

Par ailleurs, l’ouverture d’une plateforme virtuelle sur le risque amiante serait aussi une mesure intéressante pour que tout le monde puisse s’informer et accéder à des renseignements régulièrement mis à jour. La création d’une base de données pour les « Dossiers Technique Amiante » (DTA) représenterait aussi un effort efficace, car ces derniers regrouperont tous les résultats des études et recherches menées sur la présence d’amiante.

L’augmentation en nombre des inspecteurs du travail pourrait aussi contribuer à accélérer le désamiantage et ainsi éviter un nouveau « drame de l’amiante ».

Le « Comité de Suivi Amiante »

Ce comité a été mis en place en 2013 au sein de la Commission des Affaires Sociales du Sénat. Il est aujourd’hui présidé par la Sénatrice Aline Archimbaud. Son objectif principal est d’établir un bilan sur un rapport de l’année 2005 concernant 28 propositions pour l’indemnisation des victimes de l’amiante et la prise de mesures pour l’éradiquer.

Jusqu’ici, 17 de ces mesures ont pu être mises en oeuvre et ces 17 se focalisent surtout sur la protection des travailleurs. Les sept mesures concernant l’indemnisation sont toutefois tombées dans l’oubli et selon le comité, il serait bien d’y remédier.