Construction de barrage : le nouveau projet dans le Haut-Allier débutera en 2016

casque de securité
(Mis à jour le: 22 février 2019)
Evaluer cet article

Au terme d’une longue période de controverse, le projet Poutès, après avoir été révisé par EDF, devrait enfin se concrétiser bientôt. Résultat d’un accord entre les acteurs, ce projet qui reflète l’avenir de la Haute-Loire en matière d’énergie est une véritable innovation qui demeure respectueuse de la biodiversité. Pour EDF, c’est une grande première et en même temps une manière de se mettre sur les devants de la scène en termes de production énergétique.

Depuis plus de 70 ans, l’usine hydroélectrique de Monistrol (Allier) est alimentée par le barrage de Poutès. Le projet de renouvellement de ce dernier a été discuté pendant plus de 20 ans. Alors que les écologistes étaient en faveur de la démolition complète de cet ouvrage, les élus de la localité et les industriels voulaient maintenir le barrage par souci économique. Du point de vue des écologistes, le barrage de Poutès était une entrave au transit des saumons de l’Allier, de grands poissons migrateurs qui rejoignent le Groenland ou la Norvège. Durant la deuxième moitié du 20è siècle, le nombre de saumons de l’Atlantique aurait diminué de 90 %, pour ne plus compter que 10000 spécimens actuellement en Loire-Allier. Les écologistes estiment que le barrage de Poutès est la principale cause de cette régression.

 

casque de securité

Enfin un terrain d’entente

Désormais, la situation de blocage dans les négociations fait partie du passé. Un projet issu du compromis entre les parties est né en 2011. Le cahier des charges de ce projet respecte la biodiversité à travers l’observation de trois exigences : produire un maximum d’énergie renouvelable, permettre la libre circulation des poissons et le déplacement naturel des sédiments de la rivière. Le projet ainsi conçu a reçu l’aval des associations de protection de l’environnement, de l’EDF, de l’Etat et des élus. Ainsi, selon Anthony Aubert, chargé de communication du groupe EDF, le projet Poutès est une issue au conflit qui a duré bien trop longtemps.

Pour l’heure, le projet « nouveau Poutès » n’est visible que sur maquette (échelle 1/13è) sur laquelle des tests sont effectués. Les travaux de construction de l’ouvrage en lui-même, devraient débuter en 2016. Le projet a mobilisé un important investissement (plus de 20millions d’euros) et l’ouvrage s’étendra sur 66 mètres de long et 5 mètres de haut.

Des espèces mythiques favorisées

Visant à retenir 300 mètres d’eau, la renaissance du cours d’eau devrait être nettement facilitée. Sylvain Lecuna, Chef de projet Poutès au sein du groupe EDF, indique qu’il n’y aura ainsi pratiquement plus de retenue (celle de l’ouvrage actuel étant de 3,5 km), et le lit naturel de la rivière sera revenu comme à l’époque de 1942. Ainsi, le cours d’eau sera à nouveau un foyer qui favorisera le développement des espèces mythiques de la vallée. Grâce à un ensemble de clapets, l’eau circulera mieux, ce qui fera du Nouveau Poutès un ouvrage capable de s’effacer en cas de crue pour devenir favorable au transport des sédiments. En outre, 85 % de la production sera maintenue, ce qui représente une importante production en énergie renouvelable dans la Haute-Loire.

EDF se porte candidat à l’attribution de la concession qui devra se faire dans le courant de cette année pour une durée de 50 ans. EDF vise à ce que le nouveau Poutès soit une véritable « vitrine » en matière de production énergétique hydraulique alliant innovation technologique, énergie renouvelable et respect de la biodiversité.