Comment se premunir du danger du bruit au travail ?

(Last Updated On: 9 juillet 2014)

Si 3 Français sur 4 déclarent être dérangés par le bruit sur leur lieu de travail, ils sont 20% à être exposés à un seuil de décibels supérieur à celui prévu par la loi et donc à devoir se prémunir du bruit. Dans cet article, nous rappelons les dangers du bruit, les moyens de s’en préserver et les préconisations légales.

Les dangers du bruit

Les oreilles peuvent être sujettes à des traumatismes ponctuels, comme les acouphènes, mais aussi irréversibles. Une surexposition à un bruit trop puissant peut causer la destruction de cellules de l’oreille interne sans qu’on ne puisse y remédier. Le bruit est aussi un danger pour l’organisme qui, après une trop grande exposition, peut éprouver fatigue, stress, irritation et même troubles gastriques et cardiovasculaires.
Pour bien savoir quand apparaît le danger, il faut avoir certaines notions de mesures.
Voici à quoi correspondent certains niveaux de décibels :
– 10 : seuil d’audibilité – le désert, la forêt silencieuse
– 20 : Chuchotements
– 30-40 : conversation normale
– 50 : une salle de classe
– 60 : apparition du seuil de fatigue lié au bruit – rue résidentielle
– 70 : carrefour à feux
– 80 : seuil toléré sur le lieu de travail pour 8h d’exposition – nœud routier très fréquenté
90 : passage d’un TGV
110 : MP3 à pleine puissance
– 120 : seuil de douleur –formule 1
– 140 : avion au décollage

Le niveau maximum toléré sur un lieu de travail est de 80 décibels sur une période de 8heures. Au-delà, des mesures doivent être prises pour combattre le bruit.
A noter qu’une exposition à un volume de 98 décibels pendant plus de 7 minutes 30 sans protection peut causer des effets irréversibles.
Le bruit est facilement mesurable grâce à des appareils dédiés à cela.

Ce que dit la loi

Le Code du Travail régit la « Prévention des risques d’exposition au bruit ». Il prévoit que le bruit sur chaque lieu de travail soit évalué avant d’avoir recours à des mesures de protection collective pour bien cerner les besoins de chaque environnement.
Revu en 2006, ce décret a abaissé les seuils d’exposition déclenchant des actions de prévention.
Aucun employé ne doit travailler dans un environnement dépassant les 80 décibels. Auquel cas, l’employeur a pour obligation de mettre à disposition des travailleurs du matériel de protection auditive (casques antibruit ou bouchons d’oreille) et de leur offrir un examen audiométrique préventif. Si les employés sont régulièrement soumis à des puissances supérieures, l’employeur a pour obligation de faire atténuer le bruit ou de réviser les machines qui seraient à l’origine d’un tel niveau de décibels.

No votes yet.
Please wait...