Barometre de l’accessibilite de l’APF : un constat accablant.

(Last Updated On: 25 mai 2016)

barometre

L’Association des Paralysés de France a récemment publié son nouveau baromètre de l’accessibilité des Etablissements Recevant du Public  à moins d’un an des échéances légales. Le baromètre fait état d’un grand retard notamment dans certains types d’établissements et certaines villes.



Selon la catégorie d’établissement

Selon la loi Handicap promulguée en 2005, les Établissements Recevant du Public (ERP) devront tous être accessibles aux personnes à mobilité réduite au 1er janvier 2015. Il en va de même pour les transports (exception faite des transports souterrains et ferroviaires) au 15 février 2015. Les exigences précises sont récapitulées dans le guide des bonnes pratiques Abisco.
Le baromètre de l’accessibilité  publié par l’Association des Paralysés de France (APF) fixe une note sur dix aux différents types d’établissements. Ainsi les bons élèves sont les centres commerciaux (avec la meilleure notation, 8,93/10), les bureaux de poste, les cinémas et les piscines. En revanche les commerces de proximité et les cabinets médicaux restent eux très peu accessibles aux handicapés. Il en va de même pour le transport : seul 42% du réseau national de bus est accessible aux personnes handicapées. Ce constat force l’APF à tirer la sonnette d’alarme : malgré les efforts fournis dans certains secteurs, les tâches de la vie quotidienne (aller à la boulangerie, chez le coiffeur ou le médecin par exemple) restent impossibles à effectuer seul pour une personne à mobilité réduite.

Selon la ville

L’APF tire également le bilan ville par ville en leur donnant une note sur vingt. A 11 mois de l’échéance légale, la ville modèle est Grenoble avec une note de 18,4/20. Le top 5 se poursuit avec ex-aequo à la seconde position Nantes et Belfort (17,4) puis Caen (17,2) et ex-aequo également Lille et Lyon (16,5).
A la 96ème et dernière place du classement se trouve Chaumont avec une note de 7,7 devancée par Moulins (9,4), Evreux et Digne-les-Bains (9,8) et Alençon (10/20).
Si l’APF souligne une moyenne nationale en hausse, de grandes villes sont toujours à la traîne comme par exemple Marseille, Dijon ou Besançon qui n’atteignent toujours pas le 12/20.
L’APF souhaite que dans le cas des villes au retard préoccupant, l’accessibilité des ERP devienne un des chevaux de bataille des élections municipales.
L’APF craint aussi qu’à moins d’un an de l’échéance, ce retard constaté n’entraine un nouveau délai de 3 à 9 ans jugé tout à fait inacceptable par l’association.

 

https://www.abisco-accessibilite.fr/

No votes yet.
Please wait...