Attention aux milieux agressifs

(Mis à jour le: 10 mars 2015)

Sans formation ni renseignement préalables, certains employés ne connaissent pas les risques qu’ils encourent en travaillant dans des milieux dits « agressifs » et négligent parfois le port des EPI et le respect des consignes de sécurité. Retour sur ces milieux aux précautions spécifiques.

Qu’est-ce qu’un milieu dit agressif ?

Le terme de « milieu agressif » regroupe plusieurs zones de travail qui présentent des caractéristiques bien particulières et qui peuvent présenter un danger pour la santé et la sécurité de celui qui s’y aventure. Parmi les « milieux agressifs » on compte notamment les espaces confinés, les milieux hyperbares, humides, les endroits trop chauds, ceux trop froids et les zones en hauteur. Tous ces milieux nécessitent des protections adaptées et une formation adéquate. Les travailleurs sont souvent trop peu informés des risques qu’ils encourent dans de tels lieux et négligent parfois le port des équipements de protection individuelle et le respect des consignes de sécurité.

Que dit la loi ?

Le Code du Travail impose la signalisation des zones de danger. La directive européenne 92/58/CEE a été transposée en loi française par l’arrêté du 4 novembre 1993. Il concerne les dispositions minimales de cette signalisation et permet l’apposition éventuelle de panneaux à l’entrée des zones dangereuses pour signaler des risques, des interdictions et des obligations.

Comment s’en prémunir ?

La signalisation ne doit pas induire un faux sentiment de sécurité et d’habitude qui pourrait leurrer le travailleur en milieu agressif. La formation reste donc un bon moyen pour prévenir des dangers spécifiques de ces différents milieux. La sensibilisation et la connaissance des risques sont une base que tout travailleur se doit de connaître. Les EPI sont en mesure de prévenir les dangers et de limiter l’impact sur la santé et la sécurité des travailleurs. Chaque situation requière un EPI spécifique comme par exemple un détecteur de gaz pour alerter de la présence de gaz, même inodore, dans un espace confiné ou bien encore des appareils respiratoires isolants pour éviter l’inhalation de ces gaz souvent toxiques.