Appel à des ingénieurs français pour la construction d’une ligne de Métro au Brésil

(Mis à jour le: 22 septembre 2017)
Evaluer cet article

Une sixième ligne de métro sera construite à Sao Paulo, dont la mise en service est prévue pour 2020. C’est la Société d’Etudes Techniques et Economiques(Setec), un groupe d’origine française, qui se chargera du contrôle de la réalisation du contrat de concession.

Mardi dernier, la société d’ingénierie Setec a annoncé qu’elle a été sélectionnée pour  se charger du contrôle dans la construction d’une ligne de métro à Sao Paulo, aux côtés de la société Concremat (Brésil). Le montant du marché atteint 21.5 millions d’euros et la mission durera six ans et demi.

Mise en ligne pour l’année 2020

Le groupement des deux sociétés devra s’assurer de la conformité des infrastructures par rapport au contrat de concession dont le consortium Move Sao Paulo est l’adjudicataire. D’après un communiqué de presse de Setec, ce dernier s’associera ainsi avec Concremat pour veiller à ce que les dispositions du contrat soient respectées, en particulier concernant le planning et la date butoir pour la mise en service des installations.  Il est à noter que Setec est un groupe dont le capital social appartient exclusivement à ses ingénieurs.

Sao Paulo, la plus grande ville du Brésil,  prévoit de rendre la nouvelle ligne de métro fonctionnelle en 2020. Cette ligne mesurant 15.9 kilomètres comportera 15 stations.

Setec : un groupe mondialement reconnu

Une antenne du groupe Setec a été mise en place au Brésil (Setec hidrobrasileira) depuis près de 12 ans, suite au rachat de la filiale locale de MWH (société américaine spécialisée dans la distribution d’eau).

Par ailleurs, Setec travaille dans le cadre du Grand Paris Express et des trois lignes de TGV en cours de réalisation en France. La société est aussi intervenue dans le projet du tunnel sous la Manche et du Viaduc de Millau.

Au cours de l’année 2012, cette firme française se composait de 2200 salariés et son chiffre d’affaires atteignait 250 millions d’euros.