Amiante : Le Haut conseil de la santé publique renforce la lutte

amiante
(Last Updated On: 25 novembre 2014)

Le Haut Conseil de la santé publique adopte de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre l’amiante. Par ailleurs, il recommande la diminution du seuil de lancement des travaux de confinement des locaux dont les matériaux renferment de l’amiante.

Le Haut Conseil de la santé publique a demandé à ce que l’institut de veille sanitaire publie les statistiques sur les conséquences liées à l’amiante. Ainsi, le 14 août dernier, l’Institut a révélé que dans les 40 années précédant 2009, le nombre de décès dûs aux effets de l’amiante variait entre 61 300 et 118 400. Il s’agit notamment de cancers du poumon dûs à l’exposition professionnelle et du mésothéliome et à tout autre type d’exposition. Si les chiffres progressent à la même vitesse, le nombre de décès pourrait atteindre 750 000 pour les cancers du poumon et 25000 pour le mésothéliome. D’autre part on trouve d’autres types de cancer, comme celui du larynx, dont le lien avec l’amiante a déjà été démontré par le Centre International de Recherche sur le cancer (CIRC).

Existence d’un seuil de lancement des travaux de confinement

Au regard des chiffres, le HCSP réitère l’existence depuis 1996 des législations sur l’amiante applicables aux bâtiments. D’autre part, la réglementation stipule qu’au-delà de 5 fibres d’amiante par litre présentes dans l’air, des travaux de confinement ou d’élimination de l’amiante doivent être réalisés. Cependant, ce seuil a été fixé selon le niveau moyen qui datait des années 70. Si ce seuil est dépassé dans certains locaux d’un bâtiment, cela signifie que les matériaux constitutifs de ce dernier se dégradent ou que des travaux ont entraîné l’exposition à l’amiante des personnes habitant le bâtiment.

La réglementation doit-elle être simplifiée ?

Le rapport du HCSP détaille également les analyses sur les dispositifs existants concernant l’amiante et vérifie si les législations, les pratiques ainsi que les normes actuelles afférentes à la détection de l’amiante sont cohérentes avec les modes de détection et de mesure d’amiante. Le HCSP estime que les réglementations actuelles sont difficiles à appliquer, car elles ne se fondent pas suffisamment sur les normes en vigueur. Les pratiques ne sont pas convenablement contrôlées et ne respectent pas les législations. En outre, particuliers et professionnels méconnaissent les risques inhérents à la présence d’amiante dans un bâtiment.

Recommandations pour 2020 : baisser le seuil de lancement des travaux de confinement ou d’élimination d’amiante

Plusieurs préconisations ont été faites par le Haut Conseil de la santé publique afin de rétablir une réelle cohérence dans le système par rapport aux normes. Il souhaite que ces recommandations soient appliquées le plus tôt possible pour que la gestion des risques sur l’exposition à l’amiante soit optimisée. Ainsi, le HCSP veut faire de ce rétablissement de la cohérence une priorité. Ensuite, le seuil défini pour lancer les travaux de désamiantage ou de confinement devrait être réduit à 2 fibres d’amiante par litre d’air en 2020. En outre, le HCSP souhaite que les nouvelles pratiques cohérentes à la situation du moment soient appliquées d’ici là. Il serait possible de baisser de nouveau ce seuil si les résultats n’étaient pas encore satisfaisants.

 

No votes yet.
Please wait...