Comment bien choisir ses ralentisseurs ?

SOMMAIRE

  • Quels sont les critères à prendre en compte ?

  • Quels sont les différents types de ralentisseurs ?

  • Pour les voies privées, le choix est plus large et l'installation « libre »

ralentisseurs

Le ralentisseur, qu’il soit installé sur voie publique ou voie privée, entre dans la catégorie des EPC (Equipements de Protection Collective). A ce titre, il entre dans une réponse à une problématique de sécurité, afin, dans la majorité des cas, de ralentir une circulation à un endroit donné.


Quels sont les critères à prendre en compte ?


Le ralentisseur devient alors essentiel pour assurer la sécurité des usagers, piétons ou conducteurs, sur les voies de circulation publiques, ou privées comme des parkings, cheminements en entreprise, carrières, entrepôts logistiques... Le choix du ralentisseur est en partie dépendant de l’environnement sur lequel il est implanté. Il faudra ensuite définir une vitesse de circulation, également fonction des véhicules visés (voiture, poids lourd, super lourds…) pour sélectionner la hauteur de votre ralentisseur : un ralentisseur de 70 mm ou plus, destiné à des poids lourd, ne conviendra pas pour des véhicules légers (VL). Il reste enfin à définir le positionnement du/des ralentisseurs en fonction de l’effet désiré : aligné(s), en quinconce…

Concernant les voies publiques, il n’existe pas autant de choix que sur des voies privées. En effet, les ralentisseurs mis en place devront répondre aux normes en vigueur, être conformes aux recommandations du CEREMA (ancien CERTU) ainsi qu’à l’éventuel politique d’urbanisme de la commune.


Quels sont les différents types de ralentisseurs ?


Il existe alors différents type de ralentisseurs voies publiques :

  • Les plateaux ralentisseurs

    Ils sont composés de plusieurs modules, permettant de réaliser des ralentisseurs « simples », des ralentisseurs passage piétons, avec ou sans accès PMR, des ralentisseurs passe-câbles... Ces plateaux, en général noirs et blancs avec des parties réfléchissantes, se calculent sur mesure et ne sont limités dans le choix des dimensions que par la taille de leur module. On peut composer un plateau de plusieurs mètres en long et en large, mais la taille minimum est d’au moins la taille des pentes montantes et descendantes. En effet, le pourcentage maximum admis pour les pentes de ralentisseurs en usage urbain est de 10%. Les plateaux ralentisseurs, destinés à tous types de véhicules auront une forte résistance au poids, celle-ci pouvant aller jusqu’à 40 tonnes. Adaptés aux aménagements urbains, ils peuvent intégrer des canaux de drainage, des passes-câble, des réflecteurs…. C’est une excellente alternative aux ouvrages bétons.

  • Les ilots giratoires en caoutchouc

    Ces « mini » ronds-points sont proposés avec un diamètre de 3 m, pour une épaisseur de 10 mm. Ils permettent une excellente visibilité avec ses réflecteurs et ses flèches réfléchissantes et est idéal pour la matérialisation d’un carrefour.

  • Les coussins berlinois

    Ils sont également régis par des normes strictes et se conforment aux recommandations CEREMA.

    En général en caoutchouc vulcanisé, ils ont une longueur entre 2 et 4 m pour une largeur de 1.8 m et une hauteur variant de 60 à 70 mm. La longueur sélectionnée est fonction de l’intensité du trafic. Rouges la plupart du temps, ils peuvent également être déclinés dans différents coloris suivant l’utilisation.

    Concernant la mise en place des coussins berlinois, ils peuvent être mis face à face ou en quinconce, sans occuper la totalité de la chaussée. Leur but est de ralentir les automobilistes, sans gêner les autres usagers de la route : vélos, deux roues, bus…

    La vitesse de circulation visée et demandée par la mise en place de tels dispositifs est de 30 km/h. A ce titre, leur installation demande une signalisation adaptée, également régis par les normes et le CEREMA. La signalisation sera mise en amont et en aval du ralentisseur, au point de ralentissement et sera faite, notamment grâce à des panneaux A2b (ralentisseur), B14 (limite 30 km/h), C27 (carré bleu ralentisseur) etc… les règles de mise en place de ces panneaux sont une distance de 50 m en amont et en aval pour les panneaux A2b et B14, au niveau du ralentisseur pour le C27, avec un panneau de fin de zone trente dans les deux sens de circulation. Une zone 30 km/h a un début et une fin signalés.

    Selon la loi et le CEREMA, l’implantation de coussins berlinois est limitée aux agglomérations, voies d’accès lotissement, voire aux aires de stationnement.
    Il convient d’éviter d’utiliser ce type de dispositif :
    - Sur des voies où le trafic est supérieur à 6000 véhicules par jour,
    - Sur les routes desservant des centres de secours, sauf accord express de celui-ci,
    - Dans les 200 premiers mètres après le panneau d’entrée d’agglomération,
    - Sur les voies où la déclivité est supérieure à 6%,
    - Dans les virages de rayon inférieur à 200 mètres et en sortie de virage à une distance de moins de 40 mètres. Les giratoires ne sont pas concernés par cette disposition
    - Sur ou dans un ouvrage d’art ou à moins de 25 mètres de part et d’autre de l’ouvrage,
    - Sur des chaussées pouvant comporter plus d’une voie de circulation par sens.

    Etant donnés son placement, sa conception et sa destination, les plateaux berlinois doivent également être dotés d’une capacité antidérapante, avec le coefficient SRT le plus élevé possible. Le coefficient SRT est un coefficient de glissance, calculé avec un pendule SRT (pour Skid Resistance Tester). C’est un pendule oscillant muni d’un patin en caoutchouc à son extrémité libre. Le bras du pendule est lâché en position haute. La vitesse équivalente du bras du pendule portant le patin de caoutchouc de 76,2 par 25,4 mm est d’environ 10 km/h. Plus l’adhérence rencontrée par le patin est élevée et moins le bras du pendule remonte après frottement. On mesure l’angle de remontée du bras. (source Wikipedia) Plus le coefficient SRT est élevé, plus la matière est antidérapante.

    Comme le plateau ralentisseur, le coussin berlinois est destiné à tous les types de véhicules et doit donc amener la résistance nécessaire. Cette résistance lui est apportée par sa conception en caoutchouc plein. Dans tous les cas, vérifiez qu’il soit bien certifié CEREMA.

Coussin berlinois

Coussin berlinois

Ralentisseur hauteur 50 mm

Ralentisseur hauteur 50 mm

Embout pour ralentisseurs 50 mm

Embout pour ralentisseurs 50 mm

Ralentisseur hauteur 70 mm

Ralentisseur hauteur 70 mm

Embout pour ralentisseur 60 mm

Embout pour ralentisseur 60 mm



Pour les voies privées, le choix est plus large et l’installation « libre »


Comme expliqué précédemment, le ralentisseur est un équipement de protection collective et a donc pour premier objectif d’assurer la sécurité des personnes évoluant dans la zone de travail. En effet, selon l’article L. 4121-2 du code du travail : « le chef d'établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l'établissement, y compris les travailleurs temporaires. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, d'information et de formation ainsi que la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. Il veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes. »

Le ralentisseur a donc pour objectif de réduire la vitesse d’un véhicule, quel qu’il soit, afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes. On trouve ainsi des ralentisseurs destinés aux VL, aux PL, aux chariots élévateurs, des ralentisseurs « passes-câbles… Dans la plupart des cas, ces ralentisseurs sont jaunes et noirs.

Le choix d’un ralentisseur commence donc avec trois questions : que dois-je protéger, qui dois-je ralentir et à quelle vitesse ? Attention également à ne pas oublier les autres utilisateurs susceptibles d’utiliser le passage, un ralentisseur de 75 mm de haut par exemple, destiné aux PL, permettra difficilement le passage de VL. On trouve alors différentes hauteurs adaptées à différents types de situations :
- Hauteur 50 mm destinée aux VL pour une vitesse de 25 à 30 km/h, avec ou sans passe-câbles.
- Hauteur 60 mm pour ralentir un trafic à 25 km/h, avec ou sans passe-câbles.
- Hauteur 70 ou 75 mm destinées principalement aux PL, pour une de vitesse de 10 à 15 km/h, avec ou sans passe-câbles
- Hauteur 25 mm spécialement conçue pour les entrepôts avec des chariots élévateurs à faible garde au sol.

Il existe ensuite des ralentisseurs spécifiques pour le passage de câbles plus important, le passage de véhicule super-lourds etc…

Il faut enfin savoir sur quel support le ralentisseur doit être installé, et ce pour la sélection de fixations adaptées à votre environnement. On utilisera, pour le béton, des systèmes de chevilles à expansion «  classiques », adaptées. Pour l’asphalte, les fixations se mettent en place, de force, sans pré perçage, à la masse, ce qui permet de ne pas se fixer directement dans le bitume, souvent peu solide et dont l’état peut facilement varier avec la température.

Concernant la longueur des ralentisseurs il y a peu de contraintes car ils sont le plus souvent constitués de plusieurs modules. On peut alors aller d’un ralentisseur de 90 cm de long (embouts compris) à l’infini, par pas de 25 cm.

     

     


    services & garanties

    • Livraison rapideLivraison
      rapide

    • Qualité
      garantie

    • Produits
      sur mesure

    • Devis
      sous 24h

    • Paiement
      sécurisé

    • Assistance personnaliséeAssistance
      personnalisée


    nos marques

    • FHB
    • Neofeu
    • RoanPanchos
    • Arbesko
    • Base
    • Evonik
    • Polyver
    • Rostaing
    • Skylotec
    • Blakläder
    • Masterlock
    • Moldex
    • Cleanspace
    • Dräger